IV-Et le programme ?

Ce travail s’appuie notamment sur le livret de compétence et s’élabore à partir d’évaluations faites en début d’années avec différents outils. Le programme est donc en fonction de chacun et de son projet.

Les compétences disciplinaires

  • Développer les capacités en lecture : fluence en lecture et compréhension grâce à des supports variés s’appuyant sur de la lecture « pratique » plus que littéraire.
  • Développer la lecture  plus littéraire dans le cadre d’un travail en lien avec le professeur documentaliste.
  • Développer l’écrit ludique
  • Développer le raisonnement logique élémentaire de numération
  • Développer la résolution de problèmes simples, représentation dans l’espace
  • Développer l’autonomie dans le travail en s’appuyant sur les fichiers PEMF.

 

Travail spécifique de logique

Le raisonnement fait intervenir différentes fonctions cognitives et notamment la flexibilité. Or, un des points communs des élèves du dispositif est justement un manque de flexibilité qui entraine une persévérance dans un fonctionnement ou un mode de raisonnement.  Le travail de logique se fait alors de différentes manières afin de dépasser ces difficultés de raisonnement et de progresser. C’est un des axes prioritaire que j’ai donné dans le cadre de mon travail.

  • Travail de logique à partir d’enquête (liant alors la lecture)
  • Travail de logique à partir de l’écrit
  • Atelier jeux de logique : il y a dans la salle de nombreux jeux de logiques faisantintervenir différents mode de résolution et d’opérations mentales. Cela passe alors par la manipulation. Ils font appel au langage ainsi qu’aux fonctions exécutives (raisonnement, anticipation, planification, analyse...) Il ne s’agit en rien de jeux occupationnels car ils sont formalisés dans l’emploi du temps et sont accompagnés par un travail langagier et de réflexion. Ils participent à l’élaboration de la pensée, ainsi que la mise en place de liens logiques.

 

Reprise des cours d’inclusion

Des temps sont formalisés dans l’emploi du temps afin de reprendre les cours d’inclusion avec les élèves, essentiellement de SVT, d’histoire/géographie et de technologie en allant sur ENT. Cela peut se faire aussi « à la demande » selon les besoins. Les élèves suivant les mêmes cours au même niveau sont regroupés dans la mesure du possible. La reprise peut se faire sous différentes formes :

  • Reprise des devoirs en s’appuyant sur les cours afin de les réexpliquer. Dans ce cas, les devoirs ont du sens pour eux.
  • Réalisation des contrôles en classe avec mon soutien, celui de l’AVS ou celui d’un autre élève
  • Tutorat d’un élève de la classe d’inclusion qui vient, sur des heures de permanence, reprendre les cours avec eux. Cela est un avantage pour tout le monde.
  • Reprise sous forme de cartes mentales d’organisation : c’est un procédé qui peut ressembler à un organigramme et qui permet d’associer un mot à un dessin, un symbole. Cette forme de travail est aussi utilisée pour faciliter la mise en lien d’information en lecture par exemple. 

 

Préparation et réalisation de stages professionnels

A partir de la 4ème (ou de 14 ans), les élèves du dispositif ULIS entrent dans la phase de préparation de l’orientation à la fin du parcours en collège. Il s’agit alors d’effectuer des stages en entreprise selon leurs centres d’intérêt ou un objectif transversal. Le côté scolaire est alors au service de cette préparation.

 

Préparation des examens et diplômes

Comme tous les collégiens, les élèves du dispositif ULIS passent

  • L’ASSR 1 en 5ème
  • L’ASSR 2 en 3ème

Elles sont travaillées en ULIS et passées avec les élèves de leur classe.

  • Le CFG : certificat de formation générale pour les élèves ne pouvant pas passer le brevet des collèges. C’est un diplôme marquant la fin de scolarité au collège.  Il s’agit d’un oral s’appuyant sur un dossier préparé en ULIS à partir d’un stage réalisé au cours de la scolarité.